Tintin n’a rien pu faire, ni Milou

1

Publicités

Véronique Robert

LES FÉMINISTES

veronique robert

Pourquoi êtes-vous féministe?

Parce que je n’ai pas le choix, je suis née comme ça. Comment être autrement?

Quels sont les principaux défis qui attendent les femmes ?

La justice sociale, c’est-à-dire d’abord et avant tout l’équité salariale.

Pour les femmes de la francophonie, je pense surtout aux consœurs françaises, la féminisation des titres, parce que «parler n’est jamais neutre» (Luce Irigaray) et qu’il est grand temps qu’on cesse d’avoir peur d’affirmer être une femme jusque dans son titre. Tant qu’on perpétuera l’idée qu’une avocate, c’est moins sérieux qu’un avocat, on sera enlisées dans un joug pallocentrique. Tant qu’on laissera l’Académie française nous dire qu’une mairesse est la femme d’un maire, on n’arrivera pas à une réelle égalité. Il y a une mairesse à Lille. Elle se dit Maire. Comme s’il fallait s’excuser d’être femme en empruntant un titre d’homme pour faire partie du clan. Ça me fait mal.

Dans…

View original post 579 mots de plus

Lucie Bourassa

très bonne entrevue Lucie xx

LES FÉMINISTES

8539701471_5e8468b567_c

Pourquoi êtes-vous féministe?

Parce que je n’ai pas fait exprès de naître femme et qu’aucune femme n’a fait exprès de naître femme. Pas plus qu’on ne fait exprès de naître avec la peau noire ou blanche, dans tel ou tel milieu. Je me sens, d’abord, un être humain avec une intelligence, un corps, une sensibilité, un soif de vivre et d’apprendre, de découvrir, de réfléchir, de voir, d’imaginer.

Je suis féministe parce que je me sens humaine tout simplement, ne me reconnaissant pas dans les portraits que l’on fait de LA femme. Mais non, je ne me reconnais pas non plus dans les portrait de L’HOMME avec la sacro-sainte virilité. J’aime les hommes qui ne sont pas enfermés dans cette image.

Je n’accepte pas les catégorisations de genres: les hommes comme ci, les femmes comme ça. Ça enferme les femmes, mais les hommes aussi.
Je n’accepte pas que la moitié…

View original post 887 mots de plus